Articles et news

Un exemple de journée canoé, 22/04/2018…

Avec ce temps là…

IMG_8542
En canoé biplace

Programme du 22/04/2018 (J’ai failli mettre mai ! )
• Temps splendide, 15 à 24° C….
• RV au Club nautique de Rivery 13 impasse Motte 80136 Rivery (A 300 m du panneau Amiens…) à 9H15 précises.
• Pas commode de se garer dans l’impasse, choisissez plutôt la rue principale Robert Petit ou l’impasse avant appelée impasse Marcel où il y a un parking au fond à droite.
• 9h15 : formalité administrative auprès du club de Canoé, signature du contrat de location avec assurances, paiement de 13 euros par personne en espèces ou CB ou chèque directement au club
• Formation des équipes, binômes de personnes et trios de canoé. Nomination démocratique d’un chef de trio (Personne ayant une bonne expérience du canoé)
• Passage au vestiaire pour se mettre en tenue de combat, prévoir short de bain, t-shirt mais aussi un coupe-vent pour les premières heures…
• Equipement individuel et mise à l’eau des canoés.
• Départ en compagnie de Richard, votre guide historien, et de Benjamin, moniteur agrée canoë qui fera la formation et nous accompagnera pendant 1h.
• Navigation jusque La Neuville en Amont à travers les rieux et étangs
• Pause à La Neuville.
• Descente La Neuville-centre Amiens via les étangs et Rieux extra et intra-muros.
• Petite pause si on veut au port du Don pour regarder et faire le spectacle…
• Jeu de piste : les trios devront aller à un endroit qui sera trouvable par leur connaissance de l’histoire du site. Rassemblement en ce lieu. Ceux qui se perdent ? on a tous des portables !!!!
• Piquenique sorti du sac (ou plutôt du bidon..) vers 13h30, une grande matinée de navigation , sur une aire. Prévoir vos sandwichs et vos boissons. On va discuter histoire….ou autre à votre choix.
• 14h15 : retour au Club, on rend les canoés qui sont loués l’après-midi par le club, vestiaire, café.
• 15h : 3 Variantes :
1. Certains peuvent décider de partir à ce moment.
2. Certains continuent en solo en canoé moyennant 7 € à payer au club
3. Certains vont avec Richard visiter le musée des hortillonnages, entrée 3,5 € à 4 € par personne et/ou…. visiter le vieil Amiens si vous avez encore des forces ;
Il faut, même s’il faut être maladroit pour se retourner, mais « légalement » pour faire du canoé
• Savoir nager 25 m
• Etre sûr de ne pas paniquer en cas de tête sous l’eau
• Porter le gilet de sécurité (le retirer est de votre responsabilité et risque de faire tomber les assurances)
• Etre de bonne humeur, souriant etc…etc…

 

Location d’une ile (aire) privative dans les hortillonnages avec barque électrique

dav
Une ile + 1 barque pour vous dans les hortillonnages 

Une envie d’ambiance d’immersion  pour une journée entière avec votre barque électrique individuelle pour aller où bon vous semble et/ou rester sur le terrain privatisé  pour vous pour un bon barbecue-farniente ? Grace à l’initiative d’un propriétaire de parcelles, nous pouvons mettre ce service sympa à votre disposition.

Prise en charge à Rivery par le propriétaire, mise en mains de la barque.

A partir de 2 personnes + enfants la semaine ou 4 personnes + enfants le WE.

Un bénévole historien de l’association viendra vous parler de l’histoire du lieu et des gens si vous le souhaitez, pendant 1h . Visite optionnelle du musée des hortillonnages situé non loin. 

Sur réservation préalable. Prix 20€ par personne, 1/2 tarif pour les enfants.  Bénévole historien, 5 euros par personne, musée 4 euros par personne.  Minimum 4 personnes le WE.

 

hortillonnages-amiens-1
Barque individuelle 4 personnes

 

Nos partenaires et bienfaiteurs

Voici la liste de nos partenaires avec lesquels vous pouvez prendre contact directement également :

  • Maison des hortillonnages à Amiens, boulevard Beauville, crée par Nisso Pelossof et dirigée actuellement par son ami Jacques Leullier.
  • Musée des hortillonnages à Rivery, dirigé par René et Thérèse Nowak, de vrais hortillons.
  • Canoé Kayak club de Rivery , locations et animations canoé-kayak pour adultes et jeunes.

et de nos membres bienfaiteurs :

(en cours de construction)

 

La barque a cornets, le petit et le grand…

C’est l’emblème des hortillons et des hortillonnages.

 

 

C’était surtout leur instrument de travail

A la création des hortillonnages conséquente à la montée des eaux en amont d’Amiens (voir histoire des hortillons) , il est devenu indispensable de se déplacer et de travailler en barque. Tout naturellement, les charpentiers de marine ont travaillé la proue et la poupe  de leur construction en privilégiant le coté pratique de leur future utilisation (comme c’est toujours le cas en architecture navale) :

  1. le petit cornet pour décharger le fumier et charger plus facilement sur les aires, en respectant le talus. (Mais on chargeait également de flanc quand le rieux était peu large)
  2. le grand cornet pour décharger commodément au port du don d’abord puis au quai Parmentier ensuite. Les barques étaient en effet nombreuses et rangées côte à côte.

Il y avait plusieurs « faiseurs de barques » à Amiens. Il faut dire que le parc était de plus de 1000 barques navigantes à l’âge d’or. Le restaurant des Marissons est un ancien chantier naval.

A noter que cette technique appliquée n’est pas une invention, mais une adaptation  à l’échelle locale. Les barques de rivière ont toujours eu leur proue relevée afin de passer les pertuis dans le sens descendant ou ascendant : On reviendra plus tard sur les pertuis, ancêtres des écluses, dans un article dédié. Il y a ainsi plusieurs autres exemples de barques ainsi conçues sur le même principe , par exemple dans les marais poitevins ou sur la Meuse en Belgique (Images ci dessous, Niort, Amiens, Liège)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La machine à vapeur = développement d’Amiens au 19ème siècle.

dav
Chaudière et moteur vapeur faisant tourner une batteuse dans une ferme amiénoise. 

La machine à vapeur et Amiens, instrument d’une notable évolution.

Sans nul doute, la machine à vapeur fut la plus importante découverte du 19eme siècle ayant entrainé la révolution industrielle et toute la société qui en est découlée.

Il n’y en aura pas d’égale avant notre révolution informatique.

Les trains vont faire tomber les distances, permettront aux classes moyennes de sortir des 10 km de rayon dans lesquels ils vivaient avant, les métiers Jacquard mues par des moteurs vapeur vont décupler leurs performances, des usines vont naitre dans les campagnes, sur les hauteurs…

On pouvait désormais :

  • Faire tourner des machines sans recourir aux cours d’eau ou à la force humaine ou animale . En pratique faire des usines la où on voulait, .
  • Se déplacer plus loin grâce aux trains ou aux bateaux.

La machine a vapeur permet de transformer de l’énergie thermique (Bois, charbon, tourbe puis fuel) en énergie mécanique,

Cette invention est à l’origine de la disparition des diligences remplacées le train, des bateaux à voile remplacés par ceux à vapeur, de la voiture mue d’abord par un moteur à vapeur puis par un moteur à combustion interne, de l’industrie sous toutes ses formes.

Elle se compose de :

  • Une chaudière transformant de l’eau en vapeur par chauffage par un combustible, dans notre région bois, charbon, tourbe et bien plus tard le fuel.
  • Un moteur à vapeur profitant de la pression de la chaudière pour pousser un piston dans un cylindre agissant sur un vilebrequin. Ce moteur à vapeur est l’ancêtre du moteur à explosion à essence ou diésel (Ce dernier n’est pas une invention, c’est un moteur à vapeur amélioré par combustion interne)

Si je parle de la machine à vapeur dans ses colonnes, c’est que celle-ci a transformé l’industrie textile de notre région, auparavant concentrée autour des cours d’eau, et changé le mode de vie des amiénois, avec par exemple un moteur à vapeur pour distribuer l’eau courante dans les foyers ou plus tard produire de l’électricité.

La révolution industrielle, la conquête de l’ouest, les voyages, c’est la machine à vapeur…mais aussi par la suite les guerres exterminatrices et désormais la pollution et le changement climatique.

Nous avons eu des constructeurs de machines à vapeur à Amiens, tant cette production était vitale. D’abord les frères POTTEL dans le bâtiment de l’ancienne église Saint Sulpice, encouragés dans leur labeur par la Société industrielle crée en 1836 sous Louis Philippe, puis VEILLET et LESCURE, dont on trouve encore des exemplaires dans les vieilles usines désaffectées dont certaines inscrites au titre de monument historique .

Oui Amiens comme toute ville industrielle é été concernée et a encouragé cet essor technique. Elle y a même participé avec ces constructeurs.

Les travaux du comité historique en cours pour Avril 2018

1/ Visite fin avril des marais de Bourges en contact avec nos homologues berrichons. Les adhérents qui veulent nous accompagner sont les bienvenus.

2/ Etienne Devantoy, adhérent de l’association et dirigeant de la brasserie artisanale d’Amiens Charles et Vianney commencera un article sur la brasserie à Amiens travers les siècles. On a compté jusque 30 brasseurs au moyen âge. Cela va être passionnant.

bty

3/ Notre président Richard RAMBAUD commence une étude sur la transition église vers particuliers comme propriétaire des hortillonnages sous la révolution. Un processus totalement méconnu…